Archives du mot-clé films

Flop 10 des pires films de 2012

2012, année de la loose ? La fin du monde annoncée n’a finalement pas eu lieu, mais nous avons eu droit à quelques catastrophes cinématographiques au cours des 365 jours passés.

Après vous avoir livré mon top 10, voici un petit passage en revue du meilleur du pire, avec les 10 films que j’ai trouvés les plus ratés, ou décevants :

1. Hunger Games (Gary Ross) : un film hideux, réalisé avec les pieds, dont je m’étonne qu’il ait reçu autant de louanges de la part de la critique. Une adaptation d’un roman pour ados à succès qui plagie allègrement Battle Royale pour en faire une version édulcorée, invraisemblable et finalement bien peu subversive. Et interminable pour couronner le tout ! A éviter !

2. Resident Evil – Retribution (Paul W. S. Anderson) : un nanar qui aurait tout autant pu figurer en première place de ce flop 10 tant il était pénible à regarder. J’y suis allé pour le fun, or le film en était totalement dépourvu. Un enchaînement interminable de gunfights et d’explosions à vous filer une migraine pour dix jours (3D oblige). Une belle bouse…

3. Piégée (Steven Soderbergh) : Soderbergh signe son film ‘what the fuck’ de l’année et s’offre le luxe de convoquer un casting 4 étoiles pour un film de merde. Une pâle copie de la saga Jason Bourne au féminin, le scénario et l’inventivité en moins. Tout est dans la bande-annonce.

4.Piranha 3DD (John Gulager) : un nanar assumé, direct-to-DVD, qui fait suite au remake Piranha 3D réalisé par le français Alexandre Aja. Mais ni drôle, ni effrayant. Même le caméo de David Hasselhof est raté.

5. Looper (Rian Johnson) : Probablement l’imposture de l’année vu comment ce film a été survendu. Ce qu’on a vendu comme le nouveau phénomène SF de 2012 s’avère être une immense déception, la faute à un scénario bourré d’incohérences que l’odieux connard a fabuleusement recensé sur son blog, qui patine dès la première moitié du film. Et pourtant ça commençait plutôt pas mal. Une belle déception !

6. The Amazing Spiderman (Marc Webb) : Une seule question : pourquoi ? Pourquoi refaire un Spiderman seulement 10 ans après le premier, pour n’en changer que le méchant (bien raté d’ailleurs) et relancer une franchise en bout de course ? Je crois connaître la réponse ($$$)… Une chose est sûre, le résultat ne surpasse pas celui de l’original de Sam Raimi.

7. Associés contre le crime (Pascal Thomas) : j’avais plutôt bien aimé le tandem d’enquêteurs vieillots d’Agatha Christie, Prudence et Bélisaire Beresford, dans leurs aventures précédentes de Mon petit doigt m’a dit et du Crime est notre affaire. Malheureusement, leur troisième enquête, tentée de surnaturel, tombe complètement  côté de la plaque.

8. Bye bye Blondie (Virginie Despentes) : Une love story entre Béart et Dalle, deux anciens sex symbols, pourquoi pas ? Le problème c’est qu’on n’y croît pas une seconde et que le film est réalisé comme un téléfilm de France 2. Heureusement que la prestation de Clara Ponsot et Soko relève le niveau.

9. Prometheus (Ridley Scott) : Un film que j’attendais probablement trop et ne se révèle pas être à la hauteur de mes espérances, la faute à un scénario raté. Reste la scène de la césarienne et quelques séquences visuellement époustouflantes.

10. Blanche-Neige et le Chasseur : Une relecture sombre et féministe du conte qui malgré quelques qualités visuelles pêche clairement au niveau de son scénario et de son interprète principale, au charisme inexistant. Heureusement il y a Charlize.

Publicités

Top 10 des films de 2012

2012, c’est presque fini. L’occasion de jeter un petit coup d’oeil dans le rétro sur une année ciné assez riche et de vous proposer mon top 10, forcément très subjectif, des meilleurs films sortis ces douze derniers mois.

1. The Dark Knight Rises : Une conclusion parfaite à la trilogie Batman de Christopher Nolan, à la fois sombre et puissante. Ce dernier épisode a beau souffrir d’un bad guy moins génial que le Joker d’Heath Ledger, il n’en reste pas moins passionnant et impressionnante de maîtrise sur le fond et la forme. Du grand divertissement.

2. Le Hobbit : Un voyage inattendu. Malgré quelques longueurs dues à un scénario qui étire un peu artificiellement le matériau original du conte de Tolkien, Peter Jackson nous replonge avec plaisir en Terre du Milieu et nous offre ce qu’il faut de souffle épique et de nostalgie pour nous embarquer sans réserve dans cette aventure. Une double introduction à la trilogie du Hobbit et du Seigneur des Anneaux enlevée et très bien menée qui ne peut que nous donner envie de voir la suite prévue pour décembre 2013.

3. Skyfall : Sam Mendes signe son premier véritable blockbuster avec cet épisode qui marque les 50 ans de James Bond, et s’avère être probablement l’un des meilleurs de la saga. Entre grand spectacle et introspection, le réalisateur britannique confronte Bond à son passé et lui offre au passage un supplément d’âme salvateur. L’introduction, magnifiée par la chanson d’Adele, et la conclusion, stupéfiante de beauté formelle, ne peuvent que rester dans les esprits.

4. De Rouille et d’os : Jacques Audiard prouve une fois de plus, s’il en était besoin, qu’il est l’un des meilleurs auteurs français. En adaptant une nouvelle anglaise, Rust and Bone, il signe une oeuvre bouleversante et profondément humaine, une rencontre entre deux éclopés de la vie qui vont se sauver l’un l’autre. L’interprétation de Matthias Schoenharts et de Marion Cotillard, qui fera oublier sa piètre prestation de The Dark Knight Rises, est irréprochable.

5. Argo : Ben Affleck n’a pas joué que dans des chefs d’oeuvre, mais se révèle être un réalisateur très doué. Il le prouve avec cette histoire vraie, toute droit sortie des affaires déclassées de la CIA. Un film au suspense haletant, qui mêle dimension politique avec la crise des otages en Iran, et satirique sur le système hollywoodien, sans verser dans le manichéisme. Un thriller très efficace.

6. Avengers : Un pur concentré de fun et d’action brillamment orchestré par Joss Whedon, et un plaisir de gamin de voir réunis les héros de Marvel pour une baston intergalactique absolument démente. L’antithèse du Batman de Nolan, pour autant tout aussi plaisant à regarder.

7. Laurence Anyways : Pari osé que celui de Xavier Dolan, qui pour son troisième long métrage s’attaque à un film fleuve de 3 heures sur l’histoire d’amour impossible entre Fred (l’impressionnante Suzanne Clément) et Laurence (Melvil Poupaud), qui décide un beau jour de devenir une femme. Habité, porté par une BO et des plans superbes, Laurence Anyways est une vraie réussite.

8. Frankenweenie : On ne l’attendait presque plus tant il avait tendance à s’être perdu artistiquement le pourtant génial Tim Burton. Et pourtant, il signe avec Frankenweenie le film d’animation de l’année, sous forme de vibrant hommage aux films de monstres et d’horreur des années 30.

9. Ted : la comédie de l’année, irrévérencieuse, gentiment trash et complètement jubilatoire. Un ours en peluche qu’on adorerait avoir à ses côtés.

10. Dans la maison : un film à la fois drôle et inquiétant, au suspense très efficace, doublé d’une mise en abîme passionnante sur la création.

En bonus, un petit montage venu des US des films qui ont marqué l’année, parmi lesquels les français Amour et De Rouille et d’Os.